CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Version 7 : It's always summertime

Et voilà déjà la sixième version de Pepperville.
Vous pouvez aller la commenter dans ce sujet
Faire grandir Pepperville

Pour faire grandir Pepperville, il faut voter ! Alors n'oubliez pas d'aller voter dans ce sujet
Voter vous rapporte des patounes. Mais surtout, ça vous rapporte des potes pour RP.
On les veut !

James attend son fils. Rosamund attend son lord friendzone. Sookie attend son meilleur ami.
Tess attend sa grand-mère. Emily attend son père et son frère. Gina attend ses enfants. Hal attend son lien vaguement romantique.
Alexis attend le reste de sa famille. Clémentine attend le reste de sa famille.

Partagez | 
 

 Hal | Ecoute, c'est le vent qui nous parle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Rosamund M. Flemming
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Hal | Ecoute, c'est le vent qui nous parle. Dim 27 Mai - 20:05

Rosa faisait l'ouverture du cinéma aujourd'hui. Elle aimait bien ça, c'était calme. Il y avait peu de péquenaud qui venait se regarder un film à 10h du matin. A part les sans-amis ou les couples qui voulaient en profiter, il n'y avait pas un chat. Alors, elle en profitait pour trainer sur le vieil ordinateur du comptoir. C'était un dinosaure le machin, il mettait dix minutes pour afficher une page, mais c'était mieux que rien. Rosa aimait bien lui des critiques de films. Celles les plus salées sont celles qui la faisait le plus rire. Elles étaient divertissantes. Une fois qu'elle en ai eu fait le tour, elle décida de passer à des jeux flashs. Bon, l'ordi en souffrait, mais au moins, elle s'occupait.

Rosa était en train de jouer à Robot Unicorn, ce merveilleux jeu, quand une masse arriva dans son champ de vision. Elle releva les yeux avant de faire la moue. Un nouveau client était arrivé et ce n'était pas du tout une personne qu'elle appréciait. Hal, l'ex d'une amie. De ce qu'elle avait compris, il l'avait largué comme une merde. Alors même si elle ne connaissait pas personnellement l'homme en face d'elle, elle ne l'aimait pas. Solidarité féminine. Elle l'avait déjà croisé deux ou trois fois et à chaque fois, elle en profitait pour lui lancer des regards bien noir.

Rosa avait bien comprit que Hal était venu ici pour acheter une place de cinéma, mais elle retourna à son jeu, l'ignorant royalement après avoir jeter un nouveau regard noir. Elle avait décidé de faire comme s'il n'existait pas. De toute façon, il n'y avait encore aucun clients, donc elle avait bien son temps pour le faire chier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hal Travis
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Re: Hal | Ecoute, c'est le vent qui nous parle. Mer 30 Mai - 23:43

Hardwick fermait ses ateliers très, très rarement : bien entendu, les vacances de Noël étaient sacrées et de toutes façons, aucune de ses fidèles fourmis n’étaient disposées à sacrifier leurs festivités. Deux semaines en août marquaient également un repos bien mérité pour les ouvriers, qui, sans véritablement en profiter, jouissaient du monopole des activités de construction dans la région. Mais aujourd’hui était un jour particulier pour son patron : rien de moins que le soixante-quinzième anniversaire de l’entreprise familiale. Cela en faisait, des années; c’était la vie d’un homme, c’était infiniment plus grand que la courte journée d’un papillon de nuit. Cet anniversaire laissait de nombreux employés frustrés, Hal parmi eux : jamais Hardwick ne les remerciait du temps qu’ils sacrifiaient à l’entreprise, comme s’il était un Hercule des temps modernes, ne reculant devant aucune tâche ingrate. Capitaine d’un navire sans marins.
Au delà de cette tirade socialiste, Hal n’aimait juste pas avoir des congés en semaine. Il n’y avait tout simplement rien à faire. Le brun avait étiolé toutes les promesses de divertissement qu’offrait Pepperville il y avait déjà des années de cela. Et en plus, il était incapable de faire une chose aussi simple que de se gâter avec une grasse matinée. Malgré son air constamment ralenti, comme un gros chat qui paressait au soleil, il ne savait pas, n’avait même jamais trop su, se poser. Pas pour rien que son père avait menacé de jeter le marmot dans le lac, en plein hiver, si celui-ci continuait de courir partout dans leur maison. Il ne l’aurait pas fait. Enfin, c’était ce que Hal se disait. C’était pas comme s’il avait le loisir de vérifier la véracité ses menaces de daron dépassé et alcoolisé.

Le benjamin des Travis avait donc le nez dans son café et se demandait ce qu’il allait bien pouvoir faire de cette journée, qui s’annonçait pluvieuse vu tous les nuages cotonneux et poussiéreux qui s’amassaient autour des montagnes environnantes. Il alluma une cigarette qui avait vraisemblablement été oubliée par sa soeur, sûrement une clope qu’elle avait voulu gratter lors d’un moment d’accalmie soudainement interrompu par ses nombreuses responsabilités. Tant mieux pour lui. Avant de quitter leur pavillon, il éteignit la radio qui crachait un communiqué de la NRA qui avait peu de chances de trouver un écho favorable chez Alphonse Travis.

Il n’avait quasiment que des cendres entre les lèvres; goût de mort, dégueulasse, heureusement qu’il n’embrasserait personne, ni maintenant, ni demain, lorsqu'il passa devant le cinéma et se dit, bah tiens, pourquoi pas. Après tout, c'pas comme s'il y avait grand chose à faire, un mercredi matin à 10h. Hal fuma une dernière clope avant de passer la porte d'entrée - le café lui restait sur l'estomac -. L'intérieur était morne et déprimant, comme un grenier laissé à l'abandon dans une vieille maison de famille. Et la jeune femme qui faisait l’accueil n'ajoutait en rien du charme à l'endroit, loin de là. Elle semblait ignorer délibérément la présence du Travis et plissait frénétiquement ses narines, comme si elle avait senti une sale odeur. Hal n'était pas parano, mais il était persuadé d'avoir croisé cette fille, ou du moins son regard assassin, quelques fois. Il haussa des épaules et s'approcha du guichet en sifflota un air désuet qu'il avait entendu à la radio. Euh... Bonjour ? s'annonça t-il en se raclant la gorge pour tenter de dissimuler les restes de timidité qui ne l'avaient jamais réellement quitté. Si vous êtes occupée, je peux attendre... De toutes façons, je n'ai pas encore choisi... marmonna t-il, bonne poire. Il se gratta la tête; sa sœur lui avait coupé les cheveux ras la veille et le pauvre n'était pas encore habitué. Il y a un film que vous aimez particulièrement dans la programmation ? tenta t-il, un peu comme une demande de cessez-le-feu.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosamund M. Flemming
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Re: Hal | Ecoute, c'est le vent qui nous parle. Mer 6 Juin - 17:07

L'autre continuait à s'adresser à lui et Rosa continuait à l'ignorer royalement. Elle se surprise à être très douée pour ça. Venait-elle de se découvrir un talent caché ? Faisant comme si elle n'avait rien entendu, elle continuait à jouer calmement à son jeu sur son portable, attrapant les fées quand on lui demandait. Elle allait continuer quand la tête de son patron passa dans son champ de vision. Aussi rapide qu'un ninja, elle cacha son portable sous le bureau avant de s'adresser à Hal avec un sourire forcé "Oh mais oui, je peux vous aider à choisir un film, il y a Gueule d'Ange à l'affiche, un film français, très bien et..." Le patron venait de disparaître. La blonde ne fini pas sa phrase et son sourire se fana aussitôt. Elle soupira, se disant qu'elle n'allait pas pouvoir continuer à ignorer Hal continuellement. Parce que, tant qu'elle ne lui vendait pas un ticket, elle se disait qu'il allait rester planter là. Alors, elle tapote des doigts sur le comptoir, attendant qu'il prenne une décision et montrant bien clairement que sa présence ici n'était pas voulu. "Vous savez de ce qu'on dit sur les gens qui viennent au ciné le matin ? Que ce sont surement des pervers chelous..." dit-elle en haussant les épaules, d'un air blasée. Elle ne savait même pas pourquoi elle lui disait ça. Surement pour l'emmerder un peu... Oui, surement pour ça en fait. "Enfin, après c'est ce que les gens disent... J'ai pas dis que c'était vrai." Même si son ton laissait nettement insinué que ça l'était. Elle aurait bien aimé lui dire qu'elle avait d'autre chose à faire, mais malheureusement pour elle, à l'heure actuelle le petit cinéma était encore totalement vide.

@Hal Travis
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hal Travis
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Re: Hal | Ecoute, c'est le vent qui nous parle. Sam 9 Juin - 1:56

Hal n'allait pas souvent au cinéma, pour une raison simple : le prix de la place était assez élevé pour quelqu'un aux finances aussi catastrophiques que les siennes et en plus, il était loin de le rentabiliser, puisque son esprit voyageur avait tendance à s'évaporer de la salle de projection. De ce fait, la dernière heure d'un film avait tendance à se morceler sous un voile grisâtre et opaque, le même genre de celui qui  brouille la vue sous l'eau ou qui caractérise les jours de migraine. A quoi bon aller voir un film quand on ne s'en rappelait pas par la suite ? La blonde de l’accueil continuait de l'ignorait superbement. Hal ne la connaissait pas; peut-être qu'elle était juste mal lunée. Quelque chose dans son visage l'interpellait et l’amenait à ne pas lui en tenir rigueur : sa peau était cireuse, comme si on l'avait arrachée d'une toile de maître et ordonné de jouer à la mante religieuse à l'entrée d'un cinéma. Finalement, elle lui conseilla quelque chose; ce n'était certainement pas étranger à la présence furtive d'un type en mocassin qui se faufila derrière elle pour disparaître dans une coursive mal éclairée. Il n'eut même pas l'temps de répondre, un peu long à la détente, comme d'habitude, un peu perdu par la notion de film français - il avait l'impression que cela recouvrait autre chose qu'un simple pays de production - que la fille s'était de nouveau murée dans le silence. Son impatience se révélait à travers ses gestes répétés qui commençaient à jouer avec les nerfs de Hal. Lorsqu'elle lui accorda enfin son attention, ce fut pour l'insulter à demi-mots, d'un air courtois emprunté à la pire actrice du coin. Hal secoua la tête, plus interloqué par son attitude que réellement agacé. Pas sûr que les gens en aient réellement quelque chose à foutre de qui va au cinéma seul le matin. On est dans un pays libre, non ?  Il se recula pour jeter un coup d’œil aux films proposés, mais n'arrivait pas à se concentrer. L'autre continuait de parler. Si ça vous importune, faudrait penser à changer de métier. Se tourner vers la thanatopraxie, par exemple. Eux ne parlent pas. Par contre, c'est vous qu'on risque de traiter de perverse cheloue. Il fronça les sourcils, convaincu qu'il y avait quelque chose qui lui échappait. Ecoutez. J'sais pas quel est votre problème avec moi. Mais c'est pas l'mien. Si ma gueule vous revient pas, faites en votre affaire mais faites le discrètement.  Il haussa un sourcil. Comme tout le monde. Après tout, lui avait été bien éduqué.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosamund M. Flemming
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Re: Hal | Ecoute, c'est le vent qui nous parle. Mar 12 Juin - 17:31

Gniagniagnia, on est dans un pays libre. Le genre de phrase qui avait tendance à énerver Rosa. Car elle, elle n'avait pas du tout cette impression. Un pays libre, tout cela ce n'était qu'en apparence. Mais au fond d'elle, la blonde se disait que c'était totalement faux. Marx disait que la religion était l'opium du peuple, Rosa pensait que c'était plutôt la démocratie. Les politiques disaient que chacun était libre de penser comme il le souhaitait, mais c'était pour mieux manipuler les gens. Par exemple, elle était persuadée que les dernières élections avaient été planifiée d'avance ! Alors un pays libre... C'était vite dit. "Au contraire, beaucoup de personnes se font des idées sur les gens venant au cinéma le matin... Plus que vous ne le pensez. Désolée de partager cette information..." dit-elle pleine de mauvaises fois. Bien sur que sa remarque était mal placée, mais elle n'allait pas l'avouer...

Rosa fronça les sourcils quand l'autre lui parla de thanatopraxie. C'était quoi ça encore ? Toutefois, elle ne fit mine de rien, faisant croire qu'elle avait compris de quoi il parlait et prit un petit air hautain "Ouah super, on parle de pays libre et je me fais agressée juste parce que je donne mon avis. Super..." Au niveau hypocrisie, Rosamund était en train de battre des records. Elle se serait même donner à elle-même des gifles quand elle s'entendait parler. Quand Hal fini par lui demander quel était son problème, Rosa ne pu s'empêcher de dire quel était vraiment le fond de sa pensée. Tourner autour du pot, c'était bien mignon, mais ça ne marchait pas vraiment.  "J'ai un problème avec les gens qui larguent leur meuf comme une grosse merde..." dit-elle tout simplement. S'il était intelligent, il devrait comprendre de qui il parlait.


@Hal Travis
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hal Travis
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Re: Hal | Ecoute, c'est le vent qui nous parle. Dim 17 Juin - 15:25

Si Hal n'était pas le type le plus intelligent du coin - Dieu merci, sinon, ils seraient dans une merde noire -, il était certain que la conversation allait tourner au vinaigre d'un moment à un autre. Visiblement, cette fille était de mauvaise humeur et la chaleur humaine n'était pas sa première qualité. Inutile de tergiverser, donc. Il s'apprêtait à choisir un film au hasard - le nouveau pixar avait l'air pas mal, mais il avait promis à Danny qu'il irait le voir avec lui - mais ne pouvait se concentrer sur autre chose que sur les signes d'irascibilité qui courraient sur le visage de la blonde. C'était assez amusant à voir. Comme si sa peau diaphane n'était qu'un grossier masque de caoutchouc et qu'une fillette hargneuse se débattait pour s'en extirper. Il allait rendre les armes et agir de manière mature, mais il était bien trop susceptible pour passer outre sa langue méprisante. Fallait qu'elle pète un coup, celle-là. Ou qu'elle aille vivre à New York. Et bien dans ce cas, vous aurez de quoi à cancaner avec ceux qui en ont quelque chose à foutre. Hal aurait aimé rester poli, mais la projectionniste était bien trop agaçante pour ça.

Bon Dieu, qu'elle était agaçante. Heureusement qu'elle avait le fils et pas le père devant lui, sinon, elle aurait reçue une taloche depuis belle lurette. Mais bon, Hal n'avait pas vraiment hérité de la propension de son paternel à effectuer des démonstrations exagérées de virilité dès que quelque chose, ou quelqu'un, lui déplaisait. Hal se pencha sur le comptoir et joignit ses doigts usés comme s'il priait. De loin, on aurait pu croire qu'il parlait à une enfant. Vous êtes gonflée; c'est vous qui avez ouvert votre grande bouche sans qu'on le lui demande. Ben oui, tout ce que Hal lui avait demandé, c'était un conseil, pas un débat sur l'étrangeté des solitaires qui osaient venir au cinéma le matin. Comme si quelqu'un en avait réellement quelque chose à foutre. Quoique. Dans une ville de commères comme Pepperville, tout pouvait surprendre.

Il fronça les sourcils lorsqu'elle l'attaqua frontalement. Il préférait ça aux sous-entendus et aux moqueries; au moins, elle avait le mérite d'être plus ou moins honnête. Et puis, comme il aimait le claironner, y'a pas à tortiller du cul pour chier droit. Hal soupira. La situation avec Olga - ou plutôt l'absence de situation, ces derniers jours. - était déjà assez compliqué pour qu'on y ajoute ses copines opiniâtres au kamoulox. Le brun avait envie de tirer les oreilles de la blonde et de hurler dans l'intimité de ses tympans : C'était une rupture d'un commun accord ! Mais il se contenta de faire ce qu'il savait faire de mieux. C'est à dire éluder le sujet. J'suppose que c'est l'une des compétences de gens bizarres qui viennent au cinéma, seuls, le matin. Vous pourriez pas vous occuper de vos oignons et me donner un ticket pour n'importe quel film ? répliqua t-il en ajoutant un z au début de occuper. Il n'avait aucune envie de parler d'Olga et encore moins avec l'une de ses copines tarées.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

Message(#) Sujet: Re: Hal | Ecoute, c'est le vent qui nous parle.

Revenir en haut Aller en bas
 
Hal | Ecoute, c'est le vent qui nous parle.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "C’est le vent qui nous parle." "Et... Il dit quoi ?" "Je n’sais pas. Je n’parle pas le vent." Maé
» Envolée Sauvage, écoute le vent qui nous porte.
» chut c'est le vent qui parle. Et qu'est-ce qu'il dit ? Je sais pas je parle pas le vent.. (bucky)
» C'est le vent qui te parle ! [Suoh/Inoue]
» Haiti en Marche nous parle de Little Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pepperville :: Cinéma-
Sauter vers: