CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Version 7 : It's always summertime

Et voilà déjà la sixième version de Pepperville.
Vous pouvez aller la commenter dans ce sujet
Faire grandir Pepperville

Pour faire grandir Pepperville, il faut voter ! Alors n'oubliez pas d'aller voter dans ce sujet
Voter vous rapporte des patounes. Mais surtout, ça vous rapporte des potes pour RP.
On les veut !

James attend son fils. Rosamund attend son lord friendzone. Sookie attend son meilleur ami.
Tess attend sa grand-mère. Emily attend son père et son frère. Gina attend ses enfants. Hal attend son lien vaguement romantique.
Alexis attend le reste de sa famille. Clémentine attend le reste de sa famille.

Partagez | 
 

 Brother let me be your shelter - [Hal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Alexis E. Travis
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Brother let me be your shelter - [Hal] Sam 3 Fév - 17:05

Brother let me be your shelter
Never leave you all alone
••••

Ce début de mois de Février ne semblait voir être beaucoup plus chaud que le mois de Janvier qui venait enfin de se terminer. La tempête s’était terminée quelques semaines plus tôt et depuis la vie avait presque repris son cours. Le thermomètre indiquait 4° C et les vêtements d’hiver étaient toujours autant obligatoires. Depuis sa sortie de l’hôpital, Alexis avait été obligé de faire du shopping pour racheter tout qu’elle avait été obligé de jeter pour retrouver sa route ainsi qu’un manteau qui, cette fois-ci, ne lui ferait pas défaut. Elle avait enfin pu laisser de côté, les vêtements ayant appartenue à sa mère. Malgré le froid, Alexis était assise sur les marches du palier de sa maison. Les yeux dans le vide, elle fumait sa troisième cigarette depuis qu’elle était rentrée des courses. Deux-trois passants jetaient des regards étranges à cette jeune femme en train de fumer, ses sacs de courses posées sur le côté qui ne daignait pas les ranger. Ce n’était pas que la jeune femme préférait rester dans le froid à fumer cigarette sur cigarette, c’était plutôt que celui-ci avait oublié ses clés dans son ancien manteau. Elle avait pensé que l’un de ses frères ou sœurs seraient à la maison mais visiblement, tout le monde avait décidé de se faire une petite virée sans prévenir. Elle se souvenait que Danny et Léonie avaient tous les deux prévu de passer l’après-midi chez des amis, les jumelles devaient faire du shopping ou traîner dans un restaurant ou café. Par contre, elle n’avait aucune idée de l’endroit où pouvait bien se trouver Marcus et Hal. Quoiqu’ Hal était peut-être à l’hôpital. Bref, Alexis ne savait pas.

La brune auraient bien tenté d’appeler sa famille mais il semblait que se perdre en plein milieu de la forêt ne lui ait rien appris. Elle avait oublié son téléphone dans sa voiture quelques heures plus tôt en emmenant Danny chez son copain. Entre temps, elle avait laissé ses clés et un autre membre de sa famille s’en était emparé. Elle avait fait ses courses à pied et en avait profondément marre d’attendre dehors depuis une heure. La jeune femme espérait que quelqu’un allait bientôt montrer le bout de son nez.

Depuis la tempête, la jeune femme était un peu ailleurs. Elle s’en voulait toujours d’avoir fait du mal à son frère. Elle qui avait passé presque 11 ans à s’occuper de sa famille, qu’avoir blessé l’un d’entre eux, l’avait profondément secoué. Hal avait beau ne pas lui avoir dit si il lui en voulait mais Alexis se doutait bien qu’il devait lui en vouloir ne serait qu’un peu. Ils se s’étaient pas des masses adresser la parole depuis le fâcheux événement. Entre leur boulot respectifs ainsi que les tâches ménagères et les devoirs par correspondance de la jeune femme, ils n’avait pas réellement pris le temps de parler de ce qui s’était passé et cela pesait sur la conscience de la jeune femme plus que de raison.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hal Travis
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Re: Brother let me be your shelter - [Hal] Lun 5 Fév - 1:40

Son patron croisa les bras. Hal l'appréciait, mais tout comme ses autres collègues, appréhendait légèrement ses accès de colère récurrents, certes rarement dirigés contre ses propres employés. Il était enfin sorti de l'hôpital il y avait à peine quelques jours. En plus d'une fracture du tibia gauche, il s'était traîné quelques engelures - ses doigts étaient encore difficiles à utiliser - ainsi qu'un début de pneumonie. Hal passait ses nuits à tousser plutôt qu'à dormir et vu qu'il était en arrêt de travail, passait ses après-midi... à faire la sieste. Et dire qu'on lui avait dit que sa vie serait plus folle à ses vingt-et-un ans. S'il devait trouver un bon côté à cet enchaînement de malheur... Il avait bien perdu du poids. La petite bidoche qui avait commencé à se développer après Noël et son anniversaire avait disparu et il avait presque l'impression de retrouver le ventre d'athlète qu'il avait eu au lycée. "Et donc, tu penses rester en arrêt pendant combien de temps ?"Concrètement, Hal n'en savait pas grand chose. Il se déplaçait en béquilles et de toutes façons, les docteurs lui avaient expressément conseillé de ne pas passer trop de temps en plein air. Ses poumons étaient encore fragiles. "J'en suis encore à la rééducation." protesta le jeune homme, qui sentait une accusation sous-jacente dans la voix rauque de son patron. "T'as une semaine de congés maladie, mon grand." Il y avait de l'affection dans la voix de ce vieil ours hirsute qu'était ce charpentier, digne de plus de trente ans d'expérience. " Au-delà de ça, tu te débrouilles. On peut faire sans toi jusqu'à ce que tu puisses marcher, mais pas éternellement." Hal hocha la tête, terriblement reconnaissant pour ce petit sursis. Cela allait lui faire bizarre, de ne pas gagner d'argent. Après tout, il avait travaillé depuis ses quinze ans et n'avait jamais manqué le travail sous aucun prétexte.

Sur le chemin du retour, il s'arrêta à Wallmart, pour acheter un pack de six bières. Il s'ennuyait comme un rat mort et quitte à perdre du fric, autant en profiter pour se mettre une caisse, non ? En plus, il aurait certainement moins mal à la gorge. Hal était assez têtu pour boycotter le service de transports publics très aléatoires de Pepperville et fit ainsi toute la ville à béquilles. Une fois à Forrest Hill, il transpirait abondamment et grognait comme une bête à l'agonie. Quel crétin. Il s'ouvrit tant bien que de mal une canette et avala une rasade de mousse, qui coula un peu sur son menton. Il se fichait bien de qui pouvait le voir. Il fronça les sourcils en apercevant sa sœur, échouée sur le perron de leur petit taudis à eux. Hal se demandait ce qu'elle attendait, mais comprit très vite qu'elle avait du se retrouver enfermée dehors. Il gravit les escaliers rongés par les termites. "J'imagine que tu n'as pas de clés ?" Hal fouilla les poches de sa doudoune, soupira, frotta son visage pâle de sa main libre pour finalement avouer : " Ben... moi non plus." Le brun se posa avec précaution devant la porte, fixant la rue déserte pendant quelques secondes, avant de croiser le regard de sa soeur aînée. " On échange une bière contre une clope ?" Puis, il fronça les sourcils. La vache, t'as un nouveau manteau ? Le neuf te va bien, se moqua t-il affectueusement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexis E. Travis
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Re: Brother let me be your shelter - [Hal] Dim 25 Mar - 22:49

Brother let me be your shelter
Never leave you all alone
••••

Tirant sur sa cigarette, Alexis se demandait bien ce que la vie pouvait désormais bien lui réserver. Après tout, elle avait bien enchainée les merdes depuis ces dernières années. Il y avait eu la mort de ses parents, son devoir d’élever toute sa fratrie dont certain étaient encore très jeune, la vie qui l’avait poussé à devenir adulte, puis récemment cette fichue tempête de neige. La vie s’était quelque peu acharner sur elle et se retrouvait seule lui faisait étrangement peur. Chaque fois qu’elle partait de la maison, elle craignait de ne jamais y retourner, de ne jamais revoir sa famille. Elle regardait ses frères et sœurs attentivement désormais et se rendait compte qu’elle les avait clairement négligée, qu’elle ne s’était pas aussi bien occupée d’eux par rapport à la façon dont leur parents s’en seraient occupés. Assise sur les escaliers devant l’entrée de la maison, elle pensait toujours et encore pour palier à sa profonde solitude. Alexis passait très peu de temps à s’occuper d’elle-même car le faire la terrifiait. Lorsqu’elle commença à le faire, elle se trouvait être une sœur indigne et sa vie amoureuse en pâtissait. Être la mère de ses frères et sœurs étaient une tâche ardue qu’elle aurait bien aimé ne jamais avoir à faire, ce bien qu’elle ne regrettait pas d’avoir été là quand la tragédie les avait frappés.

Sa cigarette écrasée sur le bois, celle-ci fut jeté avec sa cousine. Récupérant une nouvelle cigarette dans son paquet, la jeune femme commençait  à s’impatienter. A part regarder les voitures passer et saluer les voisins, elle n’avait pas grand-chose à faire. Pas de portable à consulter, personne à qui parler. L’ennui était grand et pesant. Un claquement répétitif se fit entendre et la jeune femme remarqua la présence de son frère en béquille qui rentrait du centre-ville. Une lueur d’espoir  passa dans son regard de la brune. Son frère croisa l’attention de la brune et lui demanda si elle avait ses clés. « Nope ! Elles sont dans la voiture que les jumelles ont du embarqué pour changer. » lâcha t-elle, légèrement agacée.  Hal se mit à chercher les siennes et déclara ne pas les avoir non plus. « Merde » cracha t-elle. Alexis n’en voulait pas à son frère, il avait lui aussi bien trop à penser ces derniers temps. Après tout, elle avait fait exactement la même chose et ne pouvait donc le blâmer. « On est beau tiens. Perdue devant notre perron. »  Son frère s’installa à côté d’elle. Elle attrapa un nouveau paquet de cigarettes et le tendit à son frère. « Avec plaisir. Tiens prends ça. Cela t’évitera d’aller en ville en béquille et de revenir dans cet état. » plaisanta t-elle en lui donnant un coup d’épaule. Il fit une remarque sur son manteau. « Ayant faillit mourir dans l’ancien, alors bon, j’avais pas tellement envie de le remettre. »

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hal Travis
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Re: Brother let me be your shelter - [Hal] Lun 9 Avr - 0:01

Comme d'habitude, le quartier était calme, presque placide. Les gosses étaient sans doute à l'école, en train de réciter l'alphabet à l'endroit et à l'envers, à engloutir pleins de connaissances qui leur seraient totalement inutiles dans le futur. Les vieux, comme à leur monotone habitude, jouaient sans doute à la belote en insultant sous leurs barbes les heureux gagnants et en jetant de temps en temps un regard hésitant au ciel gris, à la recherche d'un amour disparu. Et, seule sur un escalier branlant, sa sœur au regard embrumé enchaînait les clopes. Ses lèvres étaient en feu et ses cheveux reposaient comme des herbes sauvages sur ses fines épaules. L'espace d'un instant, Hal fut interloquée par l'air contemplatif qui rendait son visage presque méconnaissable; les jambes tordues et figées dans la neige fondue, il hésita presque à lui adresser la parole.

Néanmoins, l'infirme se traîna jusqu'à Alexis en grimaçant. Il avait toujours été intenable, trop d'énergie et pas assez de matière grise; voir ses mouvements aussi ralentis était une véritable torture. Hal savait bien qu'il avait été un enfant insupportable et qu'il avait éreinté son père, sa mère, Alexis et Marcus, peu importait l'ordre. Le jeune homme ne cacha pas son amusement en entendant les lamentations de son aînée. En effet, il était plus que possible que les jumelles aient piqué la voiture d'Alexis. " Elles sont chiantes, hein ? J'étais peut-être un petit con au lycée, mais je n'ai jamais emprunté ta bagnole." ricana t-il en insistant lourdement sur le terme emprunter. Il fit la grimace. Il ne faisait pas bien chaud et n'aimait pas l'idée d'être coincé indéfiniment dehors, le cul entre deux planches infestées de termites. "Désolé... Je sais pas à quoi je pensais en partant sans mes clés. On dirait qu'on va pouvoir passer un peu de temps en tête à tête !" lui lança t-il d'un air taquin. Au final, ça ne lui déplaisait pas. Si enfant, il avait porté un regard médusé d'admiration sur chaque fait et geste et sa sœur, jusqu'à en attirer les moqueries de son père, il mettait toujours sa sœur sur un piédestal à l'âge adulte. Il avait du mal à voir ses défauts et ses fêlures, se la représentant comme une sorte d'entité maternelle et invincible.

Mais aujourd'hui, l'air triste d'Alexis ne pouvait pas lui échapper, même s'il avait choisi de délibérément l'ignorer. Il hocha de la tête pour la remercier et alluma la cigarette qui pendait lamentablement au creux de ses lèvres. " Tu sais, je suis vraiment con. Ça faisait des mois que je n'en avais pas allumé une." Hal observa son souffle, peinturluré d'argenté par le tabac, virevolter un instant autour de son visage. " Tess m'a fait la morale, l'autre jour." Il s'en voulait un peu, mais une clope ne faisait pas de mal, non ? Et puis, avec toute cette histoire, il avait autre chose à penser que son addiction passée au tabac. Un coup de charbon dans sa gorge, il tourna la tête vers Alexis lorsque celle-ci lui rappela leur accident. C'est vrai. Ils avaient failli y passer et aucune prière n'aurait pu y changer quoique ce soit. T'as failli crever comme tes parents, lui chuchotait parfois la mélodie du Diable à l'oreille. Hal ne blâmait personne, ni la fatalité, ni sa sœur, mais il doutait qu'elle ait le même était d'esprit. "T'as eu raison, y'a des souvenirs quand même plus sympas à chérir." Il soupira et prit la main de sa sœur. Il ne supportait plus de la voir se faire du mouron à longueur de journée. " Tu sais, il faut que tu arrêtes de te torturer pour ce qu'il s'est passé. " Hal se racla la gorge et récita, un peu ému comme à chaque fois qu'il pensait à Dieu : "Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles." Il sourit à sa sœur et continua. " Tu sais, tous les jours, je prie pour notre famille. Et tous les jours, je remercie le Seigneur d'être le frère d'une femme volontaire et généreuse. Tu es un peu comme mon Jésus à moi, en fait." rigola t-il malgré le léger blasphème.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexis E. Travis
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Re: Brother let me be your shelter - [Hal] Mar 15 Mai - 23:38

Brother let me be your shelter
Never leave you all alone
••••

A force d’avoir à élever sa famille, Alexis avait développé une certaine patience. En effet, lorsqu’on s’occupe d’adolescents à longueur de journée et d’un bébé dans les premiers mois de sa vie, il fallait développer un certain nombre de compétences qu’on oubliait souvent d’inclure dans le pack ‘’grande-sœur’’. Certes, sa famille était un pur bonheur mais elle ne restait pas envahissante. A 27 ans, elle pouvait se targuer d’avoir construit une petite vie pour sa famille. Les Travis étaient loin d’être malheureux, juste un peu brouillon mais c’est bien souvent ce qui arrive lorsque papa et maman sort absent des alentours. Souvent, l’ainée se demandait ce que serait la maisonnée si leurs parents étaient toujours présents. Ils iraient probablement toujours tous à la messe tous les dimanches, Alexis ayant bien diminué sa fréquentation depuis leur accident, ils seraient peut-être plus heureux, plus pieux mais peu importait. La plus âgée de la famille ne pouvait donc pas se permettre de réfléchir à de telles choses.   Elle était là, dans le présent, aidée par Marcus et Hal qui l’aidait aussi bien financièrement que moralement. Depuis un petit moment déjà, elle n’était plus la seule adulte et chaque jour, malgré sa foi bien effritée, elle remerciait le ciel de lui avoir donné ses frères.

Observant Hal qui se mouvait tant bien que mal jusqu’à elle, elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu’elle lui avait bien mené la vie dure à ce gamin qui était désormais devenue un homme fort, celui qui l’avait toujours soutenu en l’absence de Marcus. Hal, bien qu’ayant été turbulent restait celui dont elle appréciait, la plus part du temps, le plus la compagnie. Hal, c’était celui qui était exactement comme elle et cela lui faisait peur. Elle ne désirait pas qu’il finisse par passer sa vie à s’occuper de la famille Travis, comme elle le ferait au moins les quinze prochaines années. Elle espérait qu’il trouverait le bonheur, un véritable bonheur et pas celui maigre qu’Alexis offrait à sa fratrie. « T’es toujours un petit con. » Plaisanta t-elle un sourire amusé aux lèvres. « Mais au moins, tu as un cerveau. » Elle poussa un soupir avant de reprendre, toujours sur le ton de la plaisanterie. « Si on m’avait qu’elle serait pire que toi, je crois que je serais morte en m’étouffant de rire. » Elle pouffa un instant avant de se ressaisir. Hal non plus n’avait pas ses clés. La brune n’était plus à ça près. « Ne t’en fais, je n’ai pas tellement brillé non plus en ayant les miennes. Oui, parlons un peu, ça nous ferait du bien. » Il tira une nouvelle fois sur sa cigarette, l’air pensive.

Son petit frère lui expliquait qu’il avait raccroché la clope depuis peu. Elle, au contraire, avait reprit. Drôle de coïncidence. « Mais non, t’es juste un Travis. La cigarette et la bière  sont autant dans notre sang que la foi en Dieu. » Par réflexe, elle chercha son téléphone mais rien ne se trouvait dans ses poches. « Je suis fière de toi. Que tu ais voulu en arrêter. Tu sais, j’avais aussi arrêté jusqu’à cette fichue tempête de neige. Mais toi, continue d’écouter Tess. C’est une bonne gosse. » Avoir Tess pour amie était une bonne chose pour Hal. Elle n’avait clairement pas inventé le fil à couper le beurre mais elle était totalement innocente.

La tempête. C’était ce doux souvenir qui revenait hanter ses cauchemars durant son sommeil plusieurs par semaine. Le scénario changeait parfois mais la peur et le froid restaient des constantes. Une main dans la sienne. Des mots rassurants. Ils sortaient de la bouche de son frère. Elle jeta un regard à son frère et lui offrit un sourire contrit. « Je sais, mais… Je n’arrête pas d’y repenser. » Dieu dans le cœur, elle l’écouta réciter quelques belles paroles. En un rien de temps, il réussit à mettre un peu de baume sur le cœur de son cœur. Elle serra fort la main de son frère en lui rendant son sourire. « Encore heureux que l’un de nous se soucie encore fortement de prier pour la famille. J’ai abandonné, tu sais. A la mort de maman et papa, je n’ai pas cru possible que Dieu nous les retire comme ça. » Pourtant, elle avait continué la routine habituelle avec toute la famille. Tout devait rester normal et les plus jeunes avaient tous reçu l’éducation religieuse que les aînés avaient reçue. Hal était pour elle la réincarnation du sauveur. Il avait toujours les bons mots et s’accrocher à Dieu pour permettre aux autres de croire en l’espoir. « Si je suis ton Jésus, tu es mon prophète. Sans toi, je ne m’en serais jamais sortie, tu sais. Malgré toutes les frasques que tu as pu faire, tu restes mon meilleur atout dans la famille. » Celui sur lequel elle s’est appuyé, celui qui lui a permis de garder la tête hors de l’eau de bien des manières.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hal Travis
Jeune chaton

Message(#) Sujet: Re: Brother let me be your shelter - [Hal] Jeu 31 Mai - 1:15

Hal n'était pas un grand penseur, ça non. Il n'était pas idiot non plus, mais il n'était un trapéziste des divagations, ça, c'est sûr. Il avait un esprit purement utilitaire, très pratique, totalement imperméable à ce qui semblait inutile à sa vie quotidienne et absolument dénué de curiosité à l'égard de nombreux plaisirs hédonistes de la vie, tels que l'art, la philosophie ou même ce qui pouvait se trouver en dehors des frontières américaines. Hal se limitait purement et simplement à ce qui se passait aujourd'hui, sans vision du futur ou contemplation constructive du passé. Si bien que si par pur hasard, il se laissait aller à l'élaboration de projets, ceux-ci s'éparpillaient bien vite, comme des millions de petits grains de sables. Tout ça pour dire que si Alexis ne lui avait pas offert un minimum de direction dans sa vie, Dieu seul saurait où il se serait trouvé aujourd'hui. Pire encore, Hal ne préférait pas penser à ce qui se serait produit s'il s'était trouvé être l'aîné du génome Travis. Quel cauchemar. Mais, Dieu merci, malgré quelques bugs dans sa matrice, il restait un jeune adulte fonctionnel. Certes, il ne serait probablement jamais riche ou ne se distinguerait jamais par ses exploits intellectuels, héroïques ou sportifs, mais il n'avait pas si mal tourné, pour un garçon soit-disant idiot et orphelin. Il avait un métier, était utile à sa communauté et aurait même pu finir fiancé s'il ne s'était pas comporté comme un animal. Hal savait qu'à la toute fin, lorsqu'il jetterait un dernier regard sur les souvenirs qui avaient pavé son existence, nulle mélancolie ne naîtrait.

De toute manière, les drôles de types comme Hal n'étaient jamais tristes, non ? Dieu séchait leurs larmes, après tout. Et lui, c'était un vrai mec, non ? Bourru et solide. Une étreinte noueuse et vibrante dans laquelle sa pauvre sœur pourrait se réfugier lorsque rien n'allait plus et même, lorsque tout s'passait à merveille. Hal ne s'y refusait jamais; Alexis avait toujours été sa préférée et, assez ironiquement, celle qu'il avait maudite en s'imposant comme un fils plutôt qu'un frère, et ceci bien avant que leurs pauv'vieux ne passent l'arme à gauche. Les deux gosses bruns avaient été très fusionnels, même à l'adolescence du plus jeune, alors qu'il se coupait de tout, parce que faire son deuil lui semblait être une épreuve de haute-voltige, une acrobatie, un lâcher-prise dont il ne serait jamais capable, un abandon, une trahison, comme un crachat sur la tombe encore vierge de fleurs mortes de ses parents. Alexis n'avait jamais lâché sa main, alors qu'il avait tout fait pour. Hal supposait que tant qu'il ne tiendrait pas son enfant dans les bras, il n'arriverait jamais à comprendre ce genre de dévouement. T'es toujours un petit con, se moqua sa sœur, ce qui eut l'effet de le sortir de ses pensées. Oui, sans doute. Chassez le naturel, il revient au galop, comme disait le dicton. Hal se contenta de sourire et de baisser la tête en passant la main dans ses cheveux, qui commençaient à devenir un peu longs. Sa sœur rajouta que lui, au moins, avait un cerveau en état de marche, ce à quoi Hal ne put s'empêcher de répliquer, Mouais, à prouver. Il devait avouer qu'entre ses jumelles et lui-même, il restait dubitatif sur qui était le moins débile. Ne passe pas l'arme à gauche trop vite. Il lui donna un petit coup de coude. Il reste Danny, encore. C'est ce qu'il serait capable de faire plus fort, celui-ci.  renchérit Hal, mi-figue, mi-raison. Le petit Danny était un sacré numéro, mais sa vie serait bien morne sans le plus jeune des Travis. 

C'est vrai qu'ils étaient bien, tranquillement échoués devant leur humble demeure en cette claire après-midi. Certes, Hal aurait tout donné pour pouvoir sur-relever sa jambe, mais il n'avait quasiment jamais l'occasion de discuter avec sa sœur, en dehors de la communication basique voire militaire du style " Faut aller chercher Danny à l'école ?", " Tu veux que je jettes un coup d'oeil au battant des volets ?" "Tu aurais du doliprane ?". Quand Hal se levait, tout le monde était encore profondément endormi et quand il rentrait, Alexis venait à peine de débuter son service au Valhalla. Oui... C'est dingue, quand même. La maison n'est pas bien grande et on arrive jamais à se croiser. Il faudrait que je me lève un petit peu plus tôt et que tu rentres un peu plus tard pour qu'on puisse au moins se faire la bise, plaisanta t-il, en écrasant la cigarette sur le parvis. Au fait, comment ça se passe, les études ? Alexis portait leur famille à bout de bas, si bien qu'Hal oubliait parfois qu'elle avait repris ses études. Forcément, on en entendait pas autant parler que Marcus, songea t-il, quelque peu amer. Son visage de grand enfant sembla presque se mouvoir en un masque caricatural lorsqu'il éclata de rire à la remarque de sa sœur. Ah, bon sang... Si y'a un truc qu'est sûr, c'est ça. Pas besoin de faire de tests génétiques, on est bien des Travis.... Les vieux nous auront pas ratés.  Quand bien même Hal aurait été docteur en anthropologie, vegan et musulman, personne n'aurait pu nier les racines indéfectibles, les tentacules invisibles qui le reliaient à son père comme une volonté d'ancrage, un dessin sur plusieurs générations qui refusait l'oubli, le deuil et l'indépendance. Même nez fort et busqué, un regard inquiet mais léger dont le reflet était saisissant sur la seule photo qu'Hal avait de lui seul avec son paternel, aux abords de la rivière qui traversait le parc national, une silhouette trapue et un peu courbée, bien que là où Jared Travis était courbé par l'âge, la boisson et un amaigrissement continuel, Hal semblait lui porter le poids de sa timidité et de son manque cruel de confiance en lui qui le poussaient à prendre le moins de place possible. Le menuisier évitait son reflet dans le miroir, car ça lui faisait mal, trop mal d'imaginer ce que Marcus et Alexis pourraient se dire d'ici quelques années, quand il aurait dépassé la ligne d'arrivée de son propre père.

Il sentait la chaleur de la paume d'Alexis sur ses mains usées et souffrait pour elle. Pendant longtemps, elle avait été le seul rempart de sa fratrie, face à tout et n'importe quoi. Cela n'aurait jamais du se passer ainsi. Et surtout, elle devait cesser de s'en vouloir pour cette fameuse nuit, où personne n'avait de contrôle sur rien. Moi aussi j'y pense beaucoup. J'en rêve la nuit. Je rêve du moment où j'ai fermé les yeux et où j'ai abandonné Tess, que j'aurais pu perdre, comme toi. Tout était hors de contrôle. Soyons juste reconnaissants d'être ici, maintenant. Il se racla la gorge. Dieu... Y'en a qui me trouvent con, complètement allumé pour y croire aussi fortement, mais tu sais, c'est la foi qui m'a sauvé, c'est le Seigneur qui m'a montré le chemin... Sans ça, j'aurais été une loque. J'ai jamais été aussi fort que toi. Mais ce qui me manquait, Dieu me l'a offert. Hal avait l'air comme ça du croyant bien-heureux, mais la religion l'avait détourné de ses mauvaises habitudes, lui avait évité la dépression et bien plus encore. Que Dieu existe ou pas n'était point la question. Peu importe, Hal était infiniment reconnaissant. Le brun ne put s'empêcher de rougir quand Alexis lui avoua qu'elle n'aurait jamais pu s'en sortir s'en lui. Cela apaisait un peu cette culpabilité qu'il continuait de ruminer, celle d'avoir été un poids, un boulet, un poison. Tu sais, j'ai toujours regretté... enfin... merde. Il bafouillait un peu. Tu sais, j'suis pas bon avec les mots... J'suis pas Marcus. Il saurait le formuler mieux que moi. Hmm... J'suis désolé... J'ai l'impression, avec Marcus, qu'on a pas fait assez... qu'on t'a tout laissé gérer... C'était pas cool. On aurait du faire plus. Il cligna des yeux. Hal savait que s'il continuait, il allait se mettre à pleurer comme un p'tit enfant et mettait un point d'honneur à s'adonner à ses épanchements en privé. En parlant de frasques, se dédouana t-il d'un air empressé et en jetant un coup d’œil suspicieux aux alentours, fallait que jt'avoue un truc... J'ai séché toute mon année de terminale pour retaper le pick-up. Fallait que ça sorte, ça me rendait dingue. Le jeune homme supposait qu'Alexis s'en doutait, mais à part Daria, personne ne savait réellement où il avait déniché sa voiture de derby, ce qui en faisait un véhicule presque mystique pour certains complotistes de Pepperville.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

Message(#) Sujet: Re: Brother let me be your shelter - [Hal]

Revenir en haut Aller en bas
 
Brother let me be your shelter - [Hal]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FB 1623] Big brother is watching you
» Description de Cait Shelter
» Maximilien - Big brother is watching you.
» (F/RESERVE) Ebba Zingmark - Like brother and sister
» (m) JULIAN MORRIS ∞ Hey brother, do you still believe in love I wonder ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pepperville :: Habitations-
Sauter vers: