AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue petit animal !!
Le forum est heureux de t'accueillir, il a ouvert le 04/12/2017
N'hésite pas à contacter le staff si tu as des questions !
Amuse toi bien ici !
Pour nous faire connaitre, il faut voter !! Clique vite et va chercher tes points dans le sujet !!
Le groupe Both se sent seul
Tout nouveau membre intégrant le groupe Both recevra 300 patounes à la validation
N'hésitez pas à nous rejoindre !

Partagez | 
 

 Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Accro aux animaux

MessageSujet: Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter  Mer 6 Déc - 20:44

Rencontre au refuge.
« Bien, ma chérie, on t’attend alors. A tout de suite ! »

Je raccroche avec ma mère et n’attends pas une seconde avant d’enfiler manteau, écharpe et bonnet. Confortablement installé sur le canapé, le soleil réchauffant son poil corbeau, Neo lève la tête, sachant déjà que je suis sur le départ.

« Désolée mon gros, je vais au refuge et tu sais bien que je ne peux pas vous amener avec moi. Je vais faire vite, c’est promis ! »

Gallifrey, quant à lui, n’a pas relevé la légère agitation dans la pièce, trop occupé à mâchouiller sa corde de noeuds.
J’attrape mes clés et m’avance vers mes amours pour leur dire à tout à l’heure. Une grosse caresse plus tard, je suis déjà en voiture et accélère en direction du refuge. Ma mère, qui travaille là-bas avec mon père depuis plus de vingt ans, m’a téléphoné car ils ont recueilli un croisé ce matin même et il a besoin d’être observé par mes soins. Non pas que je sois la meilleure comportementaliste du monde, même si je dois avouer que je me débrouille pas mal dans mon domaine, mais je suis l’une de rares du coin à être disponible pour le refuge. En fait, c’est surtout que mon amour des bêtes me porte à me rendre aussi disponible que possible pour eux.

En quelques minutes, je me retrouve devant le portail que je connais si bien et je m’empresse d’entrer dans le bâtiment. Le froid s’est bien installé, mes joues sont rosies et je ne sens plus le bout de mon nez. A l’accueil, je trouve mon père, en pleine discussion avec une vieille dame tenant la main à une petite fille. Je lui souris et lui fais un signe de la main, qu’il me rend sans pour autant arrêter son échange avec la mamie. Bon. J’ai du pain sur la planche, moi. Je dois trouver ma mère et le chien qui a besoin de moi.

« Nova ! »

Super, pas besoin de chercher, c’est elle qui m’a trouvée ! Ça m’évite de devoir arpenter tout le refuge en long, en large et en travers, je n’ai pas une minute à perdre. Je suis pressée à l’idée de rencontrer ce nouveau toutou.

« Salut maman ! »

Je la serre dans mes bras, comme si nous nous n’étions pas vues depuis des années, bien que je passe chez elle ou au refuge au moins trois fois par semaine. Nous sommes très proches, mes parents et moi. On forme une famille unie et fusionnelle, jamais un mot plus haut que l’autre, jamais une remarque mal placée. Tout s’est toujours fait dans le respect le plus total et bien évidemment, l’amour. Je pense que quand on aime les animaux et qu’on leur dédie notre vie, nos liens avec les êtres humains qui nous sont chers et qui partagent cette même passion n’en sont que plus forts.
Nous nous dirigeons vers le box dans lequel se trouve mon patient et ma mère en profite pour me faire un topo.

« Tu vas voir, il ne mange pas, il est recroquevillé sur lui-même au fond de son box, il montre les crocs quand on s’approche trop près. Après, c’est vrai que nous l’avons recueilli ce matin seulement, mais j’aimerais que tu l’examines. Je n’ai pas encore réussi à l’ausculter, il est absolument terrifié.

- C’est typique. Va savoir ce qu’il a vécu avant d’atterrir ici, c’est peut-être un chien qui a été maltraité et qui ne supporte plus la simple vue d’un être humain. Ou alors il est blessé. Vous l’avez attrapé où?

- Ton père l’a repéré aux alentours de la forêt en arrivant ce matin. Il l’a amadoué avec une friandise et il l’a mis dans la cage, enfin tu connais ses méthodes. »

Nous arrivons devant le box où se trouve déjà un jeune homme, d’à peu près mon âge. Je ne l’ai jamais vu ici et ma mère s’empresse de faire les présentations.

« Oh, j’allais oublier ! Nova, je te présente Samuel, il vient tout juste d’arriver et j’aimerais que tu lui expliques un petit peu ce que tu fais ici, comment procéder avec les chiens et tout ça. Pour le moment, je lui ai dit qu’il allait simplement regarder mais s’il le souhaite il peut t’assister. C’est comme vous voulez Samuel ! »

Je lui tends la main et lui adresse mon plus beau sourire afin de le mettre en confiance. C’est pas qu’il a l’air perdu, mais je me mets à sa place et j’aimerais qu’on me mette à l’aise en arrivant dans un nouveau job.

« Enchantée, Samuel ! Moi c’est Nova, je suis comportementaliste et éducatrice canin. »

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
À pattes et à roues

MessageSujet: Re: Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter  Jeu 7 Déc - 10:15

Trouver un travail n’était pas toujours évident. Tout dépendait des compétences que l’on avait, de l’expérience et des diplômes obtenus. Et encore fallait-il qu’il y ait une proposition en face. Mais lorsque l’on n’avait jamais eu l’occasion de finir ses études, qu’on avait donc pas de diplômes et pas d’expérience réelle, il était difficile d’être choisi par les recruteurs. Et si l’on ajoutait à cela qu’on sortait tout juste de prison, alors les choses se compliquaient réellement. Il était très difficile de passer outre la méfiance des gens, qu’elle soit légitime ou non. Mais techniquement, si on n’était plus en prison, c’est qu’on avait purgé la peine et qu’on avait droit à une seconde chance non ? Ca c’était dans la théorie. Dans la pratique, c’était un peu plus compliqué.

Samuel savait néanmoins que le refuge pour animaux n’était pas regardant quant aux personnes qu’ils embauchaient tant qu’ils travaillaient bien et prenaient soin des animaux. Samuel n’était pas un mauvais bougre et il était quelqu’un de volontaire et de travailleur. Mais il savait qu’il aurait du mal à se débarrasser de l’étiquette « prison » collée, invisible, sur son front. Malgré tout, il n’eut aucun mal à être recruté au refuge. Les dirigeants de l’endroit étaient étrangement peu regardants. Samuel voulut toutefois jouer cartes sur table et préféra annoncer le premier qu’il avait fait de la prison plutôt qu’ils aient à le découvrir par la suite. Autant être honnête. On ne lui demanda même pas pourquoi cependant. Après tout, il était jeune et même si sa barbe et les derniers évènements de sa vie lui donnaient l’air plus vieux qu’il ne l’était en réalité, il était évident qu’il n’avait pas passé beaucoup de temps derrière les barreaux. « Une erreur de jeunesse » se dirait beaucoup de monde sans doute. Mais au moins, il avait un boulot.

Et il comptait bien le garder. Il avait besoin d’argent pour refaire sa vie et s’il devait faire des heures supplémentaires, il les ferait. Ce n’était pas comme s’il avait une vie bien remplie et peu de temps à consacrer au travail. Pour le moment il n’avait que ça. Il n’avait encore recontacté personne de ses connaissances par crainte de leur réaction et préférait attendre un peu de reprendre sa vie en main avant de foncer dans un mur.

Seulement voilà, il avait un boulot, certes, mais il n’y connaissait pas grand-chose. Il allait devoir apprendre et donc suivre un membre du personnel le temps d’être formé. Et lorsque la personne en question arriva, il ne s’attendit vraiment pas à ce qu’il s’agisse de la fille des gens qui l’avaient recruté. Trop de confiance d’un coup le surprenait mais il comptait bien leur montrer qu’ils pouvaient lui faire confiance. Il fut présenté et il sourit à la mère de la jeune femme.

« Merci Madame Williams. Je ferai au mieux ! »

La mère était des plus sympathiques et il espérait que la fille serait de la même veine. En voyant la main tendue et le sourire, il eut le sentiment que oui, c’était bel et bien le cas. Il tendit alors la sienne pour lui serrer la main et lui sourit en retour. La jeune femme avait l’air d’avoir à peu près son âge. Un peu plus âgée peut-être mais il était difficile de le savoir. En tout cas elle semblait déjà avoir pas mal d’expérience vu la façon dont elle présentait les choses.

« Enchanté Nova. Samuel, donc. Soigneur débutant mais j’espère bien apprendre vite. Comportementaliste… tu t’occupes des cas difficiles c’est ça ? » fit-il avec une moue songeuse. Ce ne devait pas être simple de gérer les animaux à problèmes. Un peu comme les humains au final. Sauf que les humains pouvaient s’exprimer plus facilement. « Alors, on commence par quoi ? Je t’aiderai si tu as besoin mais je veux pas interférer dans tes habitudes non plus. »

@Nova Williams
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Accro aux animaux

MessageSujet: Re: Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter  Jeu 7 Déc - 15:19

Rencontre au refuge.
C'est la première fois que je prends en charge la formation d'un nouvel employé et je suis toute excitée à l'idée d'en faire un soigneur hors pair. Au refuge, ils n'ont pas le temps, ni les moyens d'embaucher des formateurs et les vétérinaires présents sont souvent en déplacement entre leur cabinet et ici, ils n'ont donc pas toujours le temps.

« Enchanté Nova. Samuel, donc. Soigneur débutant mais j’espère bien apprendre vite. Comportementaliste… tu t’occupes des cas difficiles c’est ça ?

- Exactement, des cas difficiles comme de ceux qui le sont moins, tout dépend de l'animal. Chaque cas est différent mais j'arrive toujours à m'en sortir et à arranger les choses. »

C'est vrai, il n'y a aucun chien qui m'a résisté jusqu'à présent. Evidemment, certains problèmes ont mis plus de temps à être résolus mais dans l'ensemble, je n'ai fait face à aucun échec et j'espère que ça continuera ainsi longtemps.
Je regarde par le carreau du box et vois cette boule de poils, les oreilles dressées, qui nous entend à travers la porte. Il sait qu'on est là pour lui et il est anxieux, ne sachant trop ce qu'on lui veut. Je peux assurément comprendre, c'est comme se retrouver à l'hôpital et entendre les médecins chuchoter avec votre famille derrière le rideau. Stressant.

« Alors, on commence par quoi ? Je t’aiderai si tu as besoin mais je veux pas interférer dans tes habitudes non plus.

- Ne t'en fais pas, je vais te guider. La première chose que je vais faire, c'est d'ouvrir la porte et voir sa réaction. J'aimerais que tu restes derrière moi mais que tu observes bien, notes le moindre détail dans ta tête qui pourrait nous être utile. Il faut regarder s'il est blessé avant tout. »

Après cette petite explication, j'ouvre doucement la porte du box et comme je me l'imaginais, le chien se terre dans un coin et montre les crocs. Les oreilles tirées vers l'arrière, la queue entre les pattes et tremblant de tous ses membres. Il est tétanisé, je m'accroupis alors pour me montrer moins imposante et ne dis rien, restant à le fixer quelques secondes. J'essaye de voir s'il a une coupure ou s'il souffre d'alopécie à certains endroits, mais il ne fait que bouger de gauche à droite, longeant le mur depuis que je me suis rabaissée.

« Eh ben alors, qu'est-ce qu'il t'est arrivé, à toi, mon gros ? Comment t'es arrivé là ? »

Le surnom n'est pas spécialement adapté, car ce croisé Berger Allemand et Beauceron aurait du peser dans les trente-cinq kilos et à vue d’œil, il fait moins de trente. Il n'a que la peau sur les os et semble vraiment nerveux. Je remarque quelques détails mais j'attends de voir si Samuel les a relevés également avant de lui faciliter le travail.

« Alors, tu vois quelque chose ? »

☾ anesidora


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
À pattes et à roues

MessageSujet: Re: Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter  Jeu 7 Déc - 15:56

Nova était donc comportementaliste. Un titre qui en jetait un peu mais qui était surtout parlant. Difficile de comprendre les animaux vu qu’ils ne pouvaient s’exprimer avec des mots. C’était comme les vétérinaires qui devaient faire preuve de davantage de recherches et de ruse pour découvrir les symptômes et donc la maladie. A côté, les médecins avaient la belle vie. Au fond, Nova était un peu comme une psy pour animaux. Le souvenir d’un psychologue de la prison revient en mémoire à Samuel. Un type stupide qui essayait de savoir ce qui clochait chez lui alors qu’il n’était même pas enfermé pour un crime qu’il avait commis. Mais au moins les animaux qui étaient là, même s’ils l’étaient contre leur gré pour certains, étaient choyés, soignés et remis sur pattes.

« Ca doit pas toujours être facile, n’empêche… »

Mais c’était ce qui rendait sans doute la tâche davantage gratifiante. Samuel était prêt à apprendre mais il devait avouer qu’il n’y connaissait pas grand-chose en dehors de ce que savait le commun des mortels ou quelques trucs basiques dans l’approche des animaux. Il écouta Nova puis jeta un œil à leur futur patient. Il avait déjà eu tout le loisir de l’observer en attendant la jeune femme et il s’était déjà demandé à quoi pouvait bien penser l’animal. Pensait-il qu’ils étaient là pour le maltraiter à nouveau ? Sans doute. Il ne pouvait pas deviner leurs intentions, surtout s’il était habitué au pire.

« Ca marche, je te suis. »

Instinctivement il l’avait tutoyé puisqu’elle l’avait fait avec lui. Il n’y avait même pas fait attention. Mais au pire, elle le reprendrait. Samuel pinça les lèvres en voyant l’animal fuir aussi loin qu’il le pouvait. Cela lui faisait mal au cœur. C’était comme s’il arrivait à ressentir la peine de l’animal. Il avait toujours été plus empathique avec les animaux qu’avec les humains. Voir des morts dans un film lui importait peu. Mais si on faisait du mal à un animal, même fictif, cela lui retournait les tripes, le rendant aussi furieux que mal. Lorsqu’il était petit, il avait trouvé un chat écrasé sur la route. Même s’il ne le connaissait pas, il l’avait pleuré plusieurs jours et l’avait enterré dans le jardin.

Il entra dans le box à la suite de Nova mais attendit un peu pour ne pas imposer trop de présences d’un coup. Sans même imiter Nova, il s’accroupit, restant à distance. Vu qu’il était très grand et large, il était donc imposant pour le pauvre animal. Il veilla à ne pas faire de gestes brusques et resta là à l’observer, une expression douce sur le visage, bien qu’un peu déformée par la douleur qu’il ressentait pour l’animal. Nova essaya bien d’approcher l’animal mais ce fut sans succès. L’animal avait la peau sur les os, ce qui donnait à Samuel des envies de meurtres à propos de ses anciens propriétaires. A moins qu’il ne fût un chien errant…

Nova l’interpela et lui demanda son avis. Samuel s’approcha légèrement à petits pas, restant accroupis. Il observa l’animal du mieux qu’il put, sans pouvoir le toucher.

« On dirait qu’il a des plaies sur le ventre. Regarde là… Il y a des traces plus claires au niveau des poils, comme s’il y avait une croute en dessous. »

Peut-être qu’il avait été blessé par le passé et que cela ne s’était pas bien soigné. Au moins il ne semblait pas avoir de blessure fraiche à première vue. Toutefois, même s’il se déplaçait de façon étrange puisqu’il était presque en boule, la queue entre les jambes, il semblait ne pas être complètement sur pieds.

« Et on dirait qu’il boite un peu mais c’est difficile à dire… » fit-il avant de soupirer « Pauvre bête, il me fait de la peine… Il a du mourir de faim… »

@Nova Williams
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Accro aux animaux

MessageSujet: Re: Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter  Lun 11 Déc - 21:02

Rencontre au refuge.
J’apprécie la façon dont Samuel s’adapte, il copie mes mouvements et s’accroupit, lui aussi. Il observe le pauvre chien tandis que je fais de même avec lui, le temps qu’il me réponde. Il semble vraiment intéressé par le cas du croisé et j’irais même jusqu’à dire qu’il se sent concerné. Cette forme d’empathie est un cadeau, plus on a envie de comprendre ce que ressent le chien, plus c’est facile d’y arriver. Enfin, c’est le cas pour moi.

« On dirait qu’il a des plaies sur le ventre. Regarde là… Il y a des traces plus claires au niveau des poils, comme s’il y avait une croute en dessous. »

Malgré le mouvement continu de l’animal, je remarque également les traces en question. On les aperçoit bien quand il revient sur la gauche, bien que le plus frappant reste tout de même le fait qu’il n’ait que la peau sur les os. On distingue parfaitement son squelette sous les poils et ça me fend le coeur pour la énième fois. J’ai vu bien des cas dans ma courte carrière et chaque fois c’est la même chose, ma gorge se noue et mon moral en prend un coup. J’ai du mal à imaginer que des gens puissent abandonner leur chien, ou même les maltraiter. Quand on adopte, c’est pour la vie, pour le meilleur et pour le pire, c’est à la fois un mariage et une naissance, on se dévoue pour cette petite vie qui ne demande qu’à être aimée.
Je pense automatiquement à Neo et Gallifrey. Je n’imagine pas ma vie sans eux et je sais qu’ils ne pourraient pas vivre sans moi non plus.

« Et on dirait qu’il boite un peu mais c’est difficile à dire…  Pauvre bête, il me fait de la peine… Il a du mourir de faim…
- Je ne te le fais pas dire. Je vois pas mal de choses, mais je serais incapable de te dire depuis quand il n’a rien pu avaler. »

Je garde les yeux rivés sur le nouveau quadrupède des locaux mais j’avance lentement ma main vers ma poche afin d’en sortir une friandise. Peut-être que je peux l’appâter avec de la nourriture s’il meurt de faim, l’estomac passe toujours avant la peur. Il remarque le biscuit et arrête de longer le mur, fixe ma main sans cligner des yeux, les oreilles dressées mais la queue toujours entre les jambes.

« Tu vois, ce changement ? Les oreilles. Elles sont dressées, ce qui veut dire que j’ai son attention. En revanche, sa queue indique qu’il n’est toujours pas en confiance. Le langage corporel est le seul qu’ils ont pour communiquer avec nous, c’est à ce genre de détails qu’on comprend ce qu’ils ressentent. »

Ce ne sont que des indications basiques, le genre de trucs que tout le monde sait, et pourtant, en tant que formatrice, je me devais de le préciser. Probablement qu’il était déjà au courant, d’ailleurs, mais qu’importe.
Le berger continue de me regarder sans toutefois bouger d’un millimètre. J’en profite pour faire le point sur tout son corps. Il est squelettique, son poil est terne mais uniforme, il a comme de vieilles plaies au niveau du ventre et ses yeux et ses oreilles sont alertes. J’en conclue que mentalement, il va bien, sans parler de son moral. Cependant, pas de signe de démence, seulement de la peur. Physiquement, il va falloir le remplumer et jeter un oeil à son ventre afin de vérifier qu’il n’a aucune infection.

« Allez, viens là, bébé. Viens ! »

J’essaie de l’amadouer de ma voix la plus douce. L’objectif est de le mettre en confiance, toutefois, ses gémissements me font comprendre que ça ne va pas être facile. Il commence à s’agiter d’impatience, alors je m’avance lentement vers lui, la friandise en évidence. Il gronde, me défendant d’approcher plus près de lui. Je suis à la moitié du box, une moitié de victoire. Je dépose la friandise et me recule afin de lui faire comprendre que je ne suis pas là en menace, mais il ne vient pas plus près pour autant. Alors, comme mes jambes commencent à tirer, je m’assoie à même le sol, adossée au mur, et j’attends sans rien dire quelques secondes.

« Je vais rester là un moment, tu peux t’installer confortablement avec moi. Le but est qu’il comprenne qu’on n’est pas méchants, et qu’on peut cohabiter dans le même endroit sans danger. »

Je lâche enfin le chien des yeux et tourne la tête vers Samuel.

« Tu viens d’où, au fait ? En attendant que le p’tit loup se sente en confiance, autant faire connaissance. »

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
À pattes et à roues

MessageSujet: Re: Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter  Mar 12 Déc - 12:21

Rien que le fait de voir ces os sur la peau de ce chien donnait envie à Samuel de lui donner une grosse gamelle de viande et autre nourriture que les chiens adorent. Et aussi d’aller casser la gueule au responsable de son état. Les animaux ne pouvaient pas toujours se défendre eux-mêmes. Et lorsqu’ils avaient un maitre, même s’ils étaient maltraités, il était rare qu’ils se rebiffent, comme s’ils pensaient que ce qui leur arrivait était mérité. Samuel n’aurait même pas été étonné de voir le chien remuer la queue à la vue de son ancien maitre. Les Hommes ne méritaient pas les chiens.

« Il faut qu’on le remplume… »

Nova essaya la méthode friandise. Le chien reconnut aussitôt ce qu’elle tenait et sembla intéressé. La jeune femme lui fit un topo du comportement de l’animal et Samuel hocha la tête, attentif. Comme elle le disait, le chien n’allait pas se mettre à parler et il fallait être à l’écoute de son comportement.

« En tout cas je note surtout que la friandise a plus de succès que nous. Je suis jaloux. »

Il n’était pas de taille. Avant tout, l’appel de l’estomac était le plus fort. Plus fort que la peur en tout cas. Néanmoins, l’animal n’avança pas pour autant. Il fixait la friandise comme si, en se concentrant assez, il allait la faire venir jusqu’à lui. Au moins, pendant ce temps il cessait de remuer et il était plus facile de l’observer. Malgré l’appel de Nova, l’animal refusa d’avancer. Il agit avec nervosité et la peur revient lorsque Nova approche. Finalement elle se débarrasse de la friandise et s’assoit un peu plus loin. La tactique était bonne.

« Je vois. C’est vrai qu’au bout d’un moment il va finir par comprendre qu’on ne lui veut aucun mal. Enfin j’espère. Sinon on va avoir les fesses ankylosées ! »

Samuel se déplaça en crabe pour ne pas se lever et vint s’assoir à côté de Nova, observant le chien avant de l’observer elle. Mieux valait faire comme s’il n’était pas là. Si deux personnes le fixaient sans cesse, il allait stresser inutilement. Nova en profita pour discuter.

« D’ici en fait. Enfin je suis né au Canada mais j’ai vécu toute mon enfance et mon adolescence ici. J’ai dû m’absenter quelques années mais… je suis de retour ici depuis peu. Et toi t’es là depuis toujours aussi ? Je vois que la ville a changé un peu mais… est restée la même néanmoins ! Il y a même encore la fête de l’hiver. Tu fais ce boulot là depuis longtemps ? »


@Nova Williams
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Accro aux animaux

MessageSujet: Re: Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter  Mer 13 Déc - 8:59

Rencontre au refuge.
Je suis contente de Samuel. Mon jeune padawan répond à toutes mes attentes jusqu’à présent, il est doux, attentif et concerné, toutes les qualités que requiert ce métier, en somme. Il s’installe à côté de moi et commence à me parler un peu de lui suite à ma suggestion de faire connaissance.

« D’ici en fait. Enfin je suis né au Canada mais j’ai vécu toute mon enfance et mon adolescence ici. J’ai dû m’absenter quelques années mais… je suis de retour ici depuis peu. Et toi t’es là depuis toujours aussi ? Je vois que la ville a changé un peu mais… est restée la même néanmoins ! Il y a même encore la fête de l’hiver. Tu fais ce boulot là depuis longtemps ? »

Je ne l’ai jamais vu ici, je n’aurais jamais pensé qu’il était originaire du coin. Enfin, même si Pepperville est une petite ville, elle compte quand même plus de quatre mille habitants et tous les connaître sans exception relève de l’impossible. Ma main à couper que pas même le Maire en personne connaît chaque visage de ses citoyens.

« C'est drôle, cette ville, à chaque fois qu'on la quitte, on y revient. L'une de mes meilleures amies, Renata, est partie faire ses études en France et elle est revenue ici. Comme toi, j'imagine. Moi, j’ai toujours vécu ici mais je suis née à Moscou. Aucune origine Russe, je te rassure, mes parents étaient souvent en déplacement et je suis née dans un pays qui m’est inconnu. »

J’aimerais beaucoup visiter Moscou un jour, j’y attache une certaine importance tout de même. Ce n’est que mon lieu de naissance, je n’ai absolument rien à faire là-bas, personne à voir, et pourtant, je ressens comme un lien avec la capitale de la Russie. Cependant, Pepperville reste l’endroit où j’ai grandi et c’est ici que sont mes racines, je n’ai connu que ça. Ma famille, mes amis, ma vie... tout est ici.

« Et on peut dire que je suis comportementaliste depuis que je suis haute comme trois pommes, dis-je avec un petit rire, j'ai toujours eu une certaine facilité à communiquer avec eux. Enfin, je ne suis diplômée réellement que depuis mes dix-neuf ans mais j'ai toujours dressé des chiens. Et toi, tu faisais quoi avant de venir au refuge ? »

Je ne sais pas pourquoi, je l'imagine dans le sport. Il faut dire qu'il est bien musclé et ce genre de physique ne s'acquiert pas en restant assis dans un bureau à traiter des dossiers, tous plus chiants les uns que les autres.
Je jette un coup d’œil rapidement au chien, qui nous regarde avec incompréhension. Il doit se demander pourquoi on ne se rue pas sur sa friandise pour la manger à sa place, ni pourquoi on ne l'attaque pas. Pourquoi tant de paix ?

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
À pattes et à roues

MessageSujet: Re: Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter  Jeu 14 Déc - 14:37

Comme lui, Nova avait vécu toute sa vie ici. Enfin, presque pour lui. Mais on était pas à trois ans près. A vrai dire, il ne serait pas revenu ici s’il n’y avait pas eu Emily. Elle était tout ce qui le rattachait à cet endroit. Sinon il n’aurait jamais remis les pieds à Pepperville. Ici rôdait le souvenir de la mort de ses parents. Et puis il ne tenait pas à revoir des gens qu’il connaissait, de crainte de voir dans leur regard autre chose qu’une joie de le revoir.

« C’est sans doute valable pour la plupart des gens oui… Née à Moscou hein ? Tu dois être programmée pour résister au froid alors ! » fit-il d’un air amusé « Pourquoi je devrais être rassuré vis-à-vis de tes origines ? J’ai rien contre les russes ! » ajouta t-il en riant légèrement

Samuel n’avait jamais trop eu l’occasion de voyager en dehors de son parcours de vengeance. Il était toujours resté aux Etats-Unis. Peut-être qu’un jour il partirait ailleurs. Il n’en savait encore trop rien. Encore fallait-il qu’il ramasse les pots cassés avec Emily. Ca, ce n’était pas gagné. L’avantage de vivre au jour le jour c’est que rien ne le retenait vraiment. Si un jour l’envie de faire le tour du monde le prenait, il pourrait partir sans regrets.

« C’est une vocation chez toi si je comprends bien ! T’as un don. C’est pas forcément facile de comprendre un animal. Surtout un animal qui a peur. »

La question qui suivit eu le don de le mettre mal à l’aise. Quoi lui dire ? Avant, il ne faisait rien. Il pourchassait un assassin pour le tuer et il avait fini en prison pour totalement autre chose. Il n’avait ni diplôme ni expérience dans un métier quelconque.

« Moi je… » Il hésita. Ses parents savaient qu’il avait fait de la prison et le diraient sans doute à Nova. Il ne voulait pas lui cacher mais ce n’était pas facile à dire pour autant. Il n’y avait pas de fierté à avoir là-dessus. « J’ai eu une vie compliquée… Mes parents sont morts. Assassinés ici. T’as dû en entendre parler si t’es jamais partie. C’était les Carter. Enfin bref… J’ai fait un an de prison. »

Là il était certain d’avoir jeté un froid à la conversation. Quoiqu’il se disait que Nova avait dû en voir d’autres comme lui. Mais peut-être allait-elle changer de comportement ou au moins se méfier davantage. Il n’avait pas expliqué pourquoi mais faire une seule année de prison n’était pas synonyme de délit grave. De toute façon il ne comptait pas lui dire qu’il avait tué quelqu’un. A quoi bon ? C’était dans le cadre d’une vengeance.

« J’ai pas trouvé de boulot en sortant. Du coup je suis venu ici. J’aime les animaux et puis… tes parents sont pas regardants. C’est cool qu’ils me laissent une chance. Ils le regretteront pas. » ajouta t-il avec un sourire



@Nova Williams
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Accro aux animaux

MessageSujet: Re: Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter  Ven 15 Déc - 19:43

Rencontre au refuge.
Samuel est un petit blagueur et il me fait une remarque sur ma programmation pour résister au froid vu mon lieu de naissance. Je ris avec lui, amusée. On me l’avait encore jamais sortie celle-là, et pourtant, j’en ai entendue sur la Russie. Une fois, à l’école primaire, un crétin fini m’avait même demandé si je dressais les chiens pour les faire cuire plus tranquillement après. Un bel amalgame de préjugés des pays de l’Est de l’Europe, qui, je me souviens, avait eu le don de me mettre hors de moi. Je devais avoir sept ans à l’époque. C’était la première fois que je giflais quelqu’un. En y repensant, j’arrive presque encore à sentir le fourmillement au bout de mes doigts et à entendre le claquement résonner dans mes oreilles.

« Façon de parler, t’inquiète pas. Je suis hyper frileuse en plus, comme pas mal de femmes en fait ! »

C’est vrai, toutes les filles se plaignent d’avoir froid tout le temps, soit pour vous piquer votre plus beau pull, soit pour se caler dans vos bras en toute subtilité. Bon, parfois, elles sont vraiment gelées et on ne peut pas leur en vouloir, je suis la première à dormir avec un pyjama, ma couette et des tonnes de plaids par dessus.

« Oui, c’est un don et j’en suis très fière, je dois l’admettre. Ce n’est pas donné à tout le monde, c’est la seule chose qui me sorte un peu de l’ordinaire, je suis une fille très basique, je pense. A part ça, je n’ai rien d’exceptionnel. »

Je lui pose alors la question de son parcours “pré-refuge”. Il commence à parler, puis hésite. Je garde le silence, le temps qu’il trouve ses mots, d’autant plus qu’il n’a pas l’air à l’aise du tout. Et puis, comme si cela lui demandait un effort considérable, il se confie enfin.

« J’ai eu une vie compliquée… Mes parents sont morts. Assassinés ici. T’as dû en entendre parler si t’es jamais partie. C’était les Carter. Enfin bref… J’ai fait un an de prison. »

Effectivement, l’histoire des Carter avait fait la une des journaux pendant des semaines à l’époque, c’était un véritable drame. Je me souviens de mes parents, effondrés en apprenant la nouvelle, comme toute la ville d’ailleurs. Un tueur à Pepperville, rentrez vos enfants, fermez les volets et verrouillez bien vos serrures ! C’était une période très pénible car chacun des habitants vivait avec la peur au ventre que l’assassin ne se décide à attaquer une autre cible. Et le jeune Carter… Tout le monde en parlait aussi ! Il a disparu le jour de la mort de ses parents et personne ne l’a plus jamais revu, il a même été longtemps soupçonné, beaucoup de gens étaient persuadés qu’il avait liquidé ses géniteurs afin d’hériter tout de suite de leur fortune. Et voilà que j’ai cet héritier, en face de moi, et qui a fait de la prison, pour couronner le tout.
Toute cette histoire me remue un peu et mon visage se crispe légèrement malgré mes efforts pour dissimuler ma réaction. Je ne sais pas pourquoi il a été enfermé, c’est tout de même une drôle de coïncidence que ses parents se fassent tuer et qu’il soit emprisonné par la suite. Cependant, je ne peux me résoudre à le croire coupable de ce crime. Il a l’air tellement doux, surtout quand je le vois avec ce pauvre chien… Non, il n’a définitivement pas l’âme d’un tueur, ou alors, c’est le type le plus schizophrène du monde. Et il le cache à merveille.
Par je ne sais quel miracle, j’arrive à me détendre, reportant toutefois mon attention sur l’animal qui, lassé d’attendre, a fini par se coucher sans pour autant nous quitter des yeux.

« C’est pas le genre de truc qu’on m’annonce tous les jours, je dois te l’avouer. Mais je sais qui tu es, et je ne porte pas de jugement. Je ne sais pas pourquoi t’as fait de la prison et ça ne me regarde pas, mais si tu t’occupes bien des chiens, alors c’est OK entre nous. »

Je lui donne même un petit coup de poing sur l’épaule, bien que l’on vienne tout juste de se rencontrer. J’ai voulu le mettre à l’aise dès le départ, je n’ai pas envie que ça change. Ca doit déjà être assez difficile pour lui et je ne veux surtout pas en rajouter une couche.

« J’ai pas trouvé de boulot en sortant. Du coup je suis venu ici. J’aime les animaux et puis… tes parents sont pas regardants. C’est cool qu’ils me laissent une chance. Ils le regretteront pas. »

Bingo, il a su trouver les mots qu’il me fallait pour être rassurée. A partir du moment où il prend soin des animaux, il pourrait avoir décimé une population entière que ça me serait égal. Quoi que, non, je vais un peu loin, là.

« Mes parents sont des gens en or. Ils pensent que tout le monde a le droit à une seconde chance, sauf peut-être les propriétaires qui maltraitent leurs bêtes, dis-je avec un sourire. Quoi qu’il en soit, j’ai été élevée dans cette optique, je suis comme eux. Je suis contente que tu sois là, que tu aies fait de la prison ou non. Je vois que tu aimes les chiens et c’est tout ce dont j’ai besoin. »


☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
À pattes et à roues

MessageSujet: Re: Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter  Mer 10 Jan - 10:15

Paradoxalement, le fait d’être né dans un pays froid ne faisait pas de la personne quelqu’un de plus résistant au froid. C’était le cas de Nova qui, bien que née en Russie, avait froid comme tout le monde, voire plus encore. Pepperville étant plutôt au nord, elle ne devait pas avoir chaud souvent. Mais certaines personnes appréciaient la fraicheur et la préférait de loin à la chaleur.

« Parait que c’est dû à une mauvaise circulation ou quelque chose comme ça… Enfin, c’est cool d’avoir des origines variées je trouve. Moi je suis né au Canada, mes parents étaient canadiens en fait. Et non, mon animal favori n’est pas le caribou. Mais j’aime le sirop d’érable. Comme tout le monde je crois ! »

Les clichés avaient souvent la peau dure mais Samuel était plutôt fier de ses origines même s’il n’avait jamais tellement connu le pays où il était né. Dire qu’il était si proche… Mais il comptait bien s’y rendre un de ces quatre.

« Dis toi que tu es au dessus de l’ordinaire alors ! C’est déjà plus que la plupart des gens. Et puis on a pas besoin d’être exceptionnel pour avoir une belle vie et des proches. »

A défaut, lui avait eu une vie mouvementée et désormais il n’avait plus rien. Plus de famille, plus de petite amie, rien. Il était seul au monde. Il aurait préféré n’être personne, ne pas avoir de parents connus. Tout aurait été plus simple… Nova lui posa quelques questions et Samuel préféra jouer la carte de la franchise. Sans toutefois aller jusqu’à révéler le meurtre. Il y avait des limites. Il ne voulait pas que les gens le considèrent comme un lépreux à cause de ça. Il n’aurait fait de mal à personne. Ca, c’était juste une vengeance. Déjà qu’en sachant qu’il avait fait de la prison les gens le regardaient étrangement alors s’ils savaient pour le meurtre…

Même si Nova ne s’éloigne pas de lui, il perçoit une légère lueur dans son regard lorsqu’il évoque son passé. Forcément, cela ne laissait personne indifférent. Pensait-elle qu’il aurait pu tuer ses parents ? De toute façon, vu l’âge qu’il avait et vu le peu de temps passer en prison, les gens se douteraient bien qu’il n’avait pas été enfermé pour ça. Sinon il y serait encore pour le reste de sa vie. Tout comme ses parents, Nova ne posa pas plus de questions sur le sujet. Sans doute préférait-elle ne pas entendre de détails sordides. Samuel hocha la tête et sourit alors.

« Compte sur moi. Je ferai de mon mieux pour les chiens. Ils le méritent. »

La jeune femme ne semblait pas s’émouvoir de son séjour en prison en fin de compte. Ce qui l’intéressait était les chiens et Samuel était bien d’accord sur le sujet. Surtout qu’il n’avait plus que ça désormais. Il pouvait bien leur consacrer tout son temps.

« Ceux qui maltraitent leurs bêtes méritent le même châtiment et pire encore ! Ces gens là sont cruels, même pas humain. Ils sont forcément mauvais pour faire du mal à des animaux… »

Ah ça, il en aurait frappé plus d’un pour avoir juste osé lever la main sur une pauvre bête innocente. Quel plaisir pouvait-on avoir à frapper un animal ? Samuel fit une moue grognonne puis reposa les yeux sur le chien qui avait fini par se coucher.

« Je crois que notre compagnon se demande à quoi on joue mais au moins il a arrêté ses allées et venues. »



@Nova Williams Pardon j'ai cru t'avoir déjà répondu !! *est un boulet*
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter  

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre au refuge - ft. Samuel Carter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» SOS POUR DEUX CANICHES + 10 ANS REFUGE (11)ADOPTES
» Caniche abricot, 5 ans, refuge de fontorbe (17) ADOPTE
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Louba canichou (ex du refuge de Tabanac) s'en est allé
» SAXO X CANICHE 13 ANS REFUGE FERME BIENTOT (25)- ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pepperville :: Pepperville :: Les alentours :: Le refuge animalier-
Sauter vers: